OWOUNDI Ferdinand – Biographie

Carte de visite Biographie Recherche Enseignements & Responsabilités CV

Expérience professionnelle

Depuis Sept 2015 Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche, Université de Poitiers, UFR de sciences économiques
Depuis Janv 2014 Enseignant pour le compte de Domicours Individuel, chargé des cours de soutien et de remise à niveau en mathématiques, pour élèves de lycées et collèges de 4ème en Terminale S
Juil 2015 – 1oût 2015 Chargé d’études au service de la MSHS-contrat de projet État-région.
Janv 2015 – Avr 2015 Enseignant vacataire, Université de Poitiers, UFR de Droit, Filière AES
Sept 2013 – Fév 2014 Attachée Temporaire d’Enseignement et de Recherche, Université de Poitiers, UFR de sciences économiques

Thèmes de recherche

  • Macroéconomie Internationale : régimes de change, politique de change, politique monétaire, économie monétaire internationale, compétitivité des pays en développement, croissance économique, surendettement externe.
  • Économétrie appliquée : données de panel, séries temporelles, racine unitaires, cointégration, ruptures structurelles, variables instrumentales, économétrie non linéaire.

Thèse

« Mésalignements du taux de change et de leurs influences sur la croissance économique en Afrique Subsaharienne », Thèse pour le doctorat en Sciences Economiques, présentée et soutenue le 7 décembre 2015 à l’Université de Poitiers, sous la direction de Christian Aubin, mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité.

Résumé

Face au succès des économies d’Asie du sud-est, favorisé par une stratégie de croissance tirée par les exportations, une importante littérature s’est développée autour de la question de l’incidence des mésalignements du taux de change sur la croissance économique. Mon travail apporte un éclairage complémentaire sur ce sujet, en focalisant sur le cas particulier des économies d’Afrique Subsaharienne dont l’évolution globale de la croissance semble connaitre un regain depuis le début du 21ème siècle. Dans cette perspective, je me suis intéressé, dans un premier temps, à la question de la détermination du taux de change d’équilibre, puisque ce dernier sert de référence dans l’évaluation des mésalignements. Cette étape m’a permis d’aborder la question de l’apport du régime de change dans la limitation des mésalignements. Il apparaît alors que l’apport du régime de change en termes de limitation des mésalignements est ambigu. À l’issue de cette analyse, j’ai envisagé, dans un second temps, l’évaluation proprement dite de l’influence des mésalignements sur la croissance de 16 pays d’Afrique Subsaharienne. Au terme de cette recherche, les résultats obtenus montrent que la surévaluation agit négativement sur la croissance économique. Pour autant, la sous-évaluation n’exerce pas d’effet favorable, quel que soit le cadre institutionnel retenu. De ce fait, il semble que la solution de sortie de l’union monétaire pour les pays de la Zone Franc ne peut pas être justifiée par l’espoir de retrouver une marge de manœuvre supplémentaire à travers la manipulation du change.

Abstract

Faced with the success of Southeast Asian economies, fueled by an export-led growth strategy, an important literature developed around the question of the growth effects of exchange rate misalignments. This work provides further insights on this question, by focusing on the particular case of Sub-Saharan African countries, whose growth has picked up since the beginning of the 21st century. In this perspective, I first determine the equilibrium exchange rate as this value provides a benchmark for the computation of misalignments. This step allows me to tackle the importance of the exchange rate regime in limiting misalignments. It seems that the exchange rate regime has an ambiguous effect on limiting misalignments. Subsequent to this analysis, I assess the impact of misalignments on growth in 16 Sub-Saharan African countries. The results of this assessment are in favor of the thesis that the overvaluation acts negatively on growth. However, the under-valuation of the exchange rate does not have a positive effect, irrespective of the institutional framework considered. Therefore, it seems that countries’ exit from the Franc Zone cannot be justified by the expectation that the manipulation of the exchange rate would offer countries more policy flexibility.

Diplômes

2015 Doctorat es Sciences Economiques, Université de Poitiers
2011 Master de Sciences Economiques, Option Analyse des politiques économiques, Université de Yaoundé II, Cameroun
Carte de visite Biographie Recherche Enseignements & Responsabilités CV

Recherche

Menu principal

Haut de page